Vallée de la Save - Saint Lary Boujean


Saint Lary Boujean






Le nom est prestigieux pour les amateurs d'Histoire qui connaissent les Saint-Lary de Bellegarde, seigneurs de Termes en Magnoac, grands capitaines, très proches de Henri III et Henri IV... et on hésite à associer ces grands personnages à un petit village calme, au château très discret... et puis, il existe d'autres saint-Lary, en Armagnac, en Couserans, en vallée d'Aure... Pourtant, c'est bien le Saint-Lary de Comminges (Boujean était une autre communauté) qui a été la pépinière d'une grande famille de guerriers gascons. : Jean II de Saint-Lary, à la fin du XVème siècle, également seigneur de Gensac, partage ses biens entre ses deux fils dont le cadet, après avoir été Abbé de Nizors, hérite du Maréchal de Termes et épouse la fille unique du seigneur de Bellegarde en Astarac : c'est la branche des futurs Pairs de France ! Comme quoi tous les cadets n'étaient pas destinés à la misère !
L'aîné, Jean III, garde Saint-Lary, épouse Sibylle d'Ornezan : leur petite-fille lègue le fief à son neveu, cadet du Vicomte de Péguilhan en 1585 ; Paul de Comminges-Péguilhan devient donc baron de Saint-Lary ; c'est la branche qui aboutit aujourd'hui au Comte Elie de de Comminges, Chevalier de Malte.
La famille a quitté le château depuis cent-cinquante ans et les souvenirs en sont quasi oubliés.

L'église est ancienne, dédiée à saint Hilary mais a subi, comme toutes celles du canton, l'outrage des ans, les destructions et restaurations... Les murs de l'abside et toute la toiture ont été refaits au début du XXème siècle... mais, au-dessus de l'entrée, abritées sous le porche, de vieilles pierres sculptées apparaissent : la dédicace du linteau affiche un MDCCLVIII : époque Louis XV ! Au-dessus, mais très martelé et illisible, un motif roccoco de même époque qui pouvait présenter le blason de la famille locale...

Beaucoup plus évocatrice, la haute croix de bois, réérigée récemment : c'est à cet endroit que les seigneurs de Saint-Lary, retour de guerre, remerciaient Dieu de les avoir ramenés vivants à l'entrée de l'allée qui mène à leur château...