Vallée de la Gesse - Boulogne sur Gesse


Boulogne sur Gesse



Archère de l'ancienne muraille
ND de l
La halle rénovée



Une brève histoire ...
La région a été prospère à l'époque romaine mais désertée après les invasions barbares. Les Cisterciens de Bonnefont fondent une abbaye à Nizors, sur la Gesse, la « Bénissons-Dieu » au XIIème siècle. Les terres qu'elle a reçues des seigneurs en dons entre Gimone et Gesse, sont aux confins du Comminges.
Au milieu du XIIIème siècle, l'abbé fonde la bastide de Moignan, laquelle végète, ce qui amène l'abbé Taillefer, en 1283 à demander le paréage du Roi pour une nouvelle bastide. Il songe à faire exploiter ses terres mais aussi sans doute à résister à l'influence du Comte de Foix avec lequel il vient de fonder la bastide de Blajan, au sud de la Gesse !
Le Sénéchal Eustache de Beaumarchais, pour le Roi Philippe III songe surtout à placer un pion sur la route de Tarbes, en Bigorre. La Charte de fondation est signée à Avignonet-en Lauraguais en 1286 ; le roi est alors Philippe-le-Bel. La ville se construit vite
En 1306, les 4 consuls demandent au Roi des subsides pour reconstruire la halle et l'église. La bastide est plus commerçante qu'agricole ou militaire : le Roi accorde le droit de taxer les marchands qui accourent chaque jeudi au marché. Avec cet argent, outre l'église, c'est sans doute la muraille qui est construite au XIVème siècle... bien nécessaire entre Foix et Armagnac!



A la fin de la guerre de Cent ans, sous Louis XI, alors que le Comminges revient à la couronne, Boulogne n'y est pas rattachée : le Roi crée la Jugerie de Rivière-Verdun, formée d'enclaves en Bigorre, Armagnac et Comminges ! Boulogne, pays d'élection est donc entourée de pays d'états, le Nébouzan à Blajan, le Comminges à Mondilhan... D'après la décoration de l'église, on peut penser que la ville est prospère au XVIème siècle : elle n'a pas eu à souffrir des guerres de religions mais les consuls avaient tout de même acheté quatre canons pour la défense des portes !
C'est un Boulonnais, Emmanuel Peres de la Gesse qui est élu par l'élection de Rivière-Verdun aux Etats Généraux en 1789.
Le premier maire de Boulogne est un noble libéral, frère du libérateur de Toussaint-Louverture à Saint-Domingue, Jean-François-Marie de Bayon-Libertat. Il laisse sa place à Peres de retour après la dispersion de l'Assemblée Nationale... celui-ci est ensuite élu à la Convention et deviendra Préfet de Sambre et Meuse sous l'Empire. C'est une période prospère pour Boulogne qui a récupéré les Biens Nationaux de l'abbaye... Tout comme le Second Empire au cours duquel une halle-mairie en pierre remplace la vieille halle médiévale. La ville perd sa muraille, ses couverts, s'agrandit hors des murs, se modernise... Le train la relie à Toulouse jusqu'à la fin des années 40.
Sa fonction ancienne de ville de passage entre Tarbes et Toulouse (Sont passés ici la reine Margot, Wellington...) a été abolie par la construction de l'autoroute... il lui reste à développer une fonction touristique et à redevenir un centre agricole avec la nouvelle organisation des Journées du Boulonnais.